Si on n’a pas envie de s’assumer en ronde ?

Si on n’a pas envie de s’assumer en ronde ?

Vous savez tous ces magazines, tous ces articles, toutes ces images qui vous disent « Soyez ronde, et fière de l’être ». ba moi ça me plait pas justement. « Les hommes préfèrent les rondes », ah ouais et moi ? J’ai le droit de me préférer comment ?

Je sais très bien qu’on ne peut pas plaire à tout le monde.

Mais aujourd’hui une partie de la société pousse les femmes rondes à assumer pleinement leurs kilos en trop. Parce que c’est soit t’assumes, et t’as plutôt intérêt à irradier de bonheur sur la tronche de tout le monde, soit t’assumes pas et dans ce cas tais toi sale grosse, arrête de manger et maigris.

Je tiens à souligner qu’il y a quand même une différence entre ronde et obèse. 

Non parce que à un moment il faut utiliser les mots tels qu’ils sont. Parce que tous ces concours de beauté de Miss Ronde etc me font mal au ventre tout de même. Pour retrouver une confiance en soi perdue sous des kg de profond mal être, et très sûrement des soirées à se torturer à se demander pourquoi on est comme ça, et que mince = heureux, on masque sa tristesse l’espace de quelques heures pour tenter de se persuader qu’avoir 30/40/50/60 kg de trop c’est canon et que tout va bien.

Quand tu fais 1m70 et que tu fais 80 kg, tu es ronde ok. Pas de soucis.

Quand tu fais 1m60 et que tu fais 120 kg, je suis désolée mais là tu n’es plus ronde. Tu es obèse.

Il faut comprendre que là, dans cet article je ne juge personne, je cherche simplement à démontrer que le surpoids trop important conduit à d’importantes séquelles. Et il est impératif de savoir distinguer le surpoids sans danger, à l’obésité morbide. Parce que faire l’autruche sur son poids ça ne marche pas très longtemps. Le corps et les organes continuent de fonctionner tant bien que mal derrière. A un moment, il faut oser ouvrir les yeux sur soi. Il faut être lucide avec soi même. L’obésité c’est sérieux, c’est pas juste des chiffres à la TV, c’est juste des émissions que tu aimes bien regarder le soir. Ça peut être toi et moi.

D’ailleurs tu sais ? C ‘était moi. C’est moi.

J’ai commencé le 4 juillet 2016 à 107.4kg et je n’y croyais pas. Les obèses c’étaient les autres, pas moi. Moi « je venais d’avoir un bébé ». Oui ba quand on calcule mon IMC ( je fais 1m68) j’étais au beau milieu de l’obésité sèvère ( 38.1), c’est-à-dire juste en dessous de l’obésité morbide. Oui. je me suis pris une bonne claque dans la gueule. je mettais clairement ma vie en danger, je réduisais mon temps sur Terre avec mes enfants. Alors je me suis repris en main. Aujourd’hui à l’écriture de cet article début septembre 2016 je fais 94.4kg ( j’ai donc perdu 13.1kg) et je suis à un IMC de 33.4, je suis donc en obésité modérée. Mon chemin vers la santé n’est pas terminé. Mais je vous invite à prendre connaissance de votre IMC pour comprendre comment va votre corps.

Vous n’êtes pas sans savoir que la population grossie et qu’il y a de plus en plus d’obèses sur Terre. Du coup, le commerce s’enrichie sur le marché de la minceur oui, ça n’est plus à prouver mais aussi sur celui de la grosseur. Et oui. Notamment toutes ces marques qui créent de supers fringues à la mode adaptées aux personnes fortes, tous ces concours qui prônent la grosseur, tous ces slogans à base de « real women have curves »…

Mais la confiance en soi ne s’achète pas quant à elle 

Même si aujourd’hui tu scandes que tu t’en fous, que tu vas bien, que tu adores tes formes, est-ce que vraiment au fond de toi tu aimerais pas en avoir juste un tout petit moins ?

Tu sais, pour voir tes pieds, pour ne pas avoir les cuisses brûlées par le frottement quand tu marches en jupe au soleil. Pour mettre des ballerines, sans les défoncer. Pour pouvoir mettre des bottes sans faire attention si le mollet rentre dedans. Sans avoir la culotte qui roule sous le ventre. Sans avoir le ventre posé ses cuisses quand on est assise. Sans avoir des gros bourrelets qui tombent dans le dos à côté du soutien boobs. Et je pourrais continuer avec pleins d’exemples encore, tu es sûr que tout ça tu l’assumes à 100%?

Je sais que l’un des petits trucs de la vie quotidienne qui m’a amené à me reprendre en main c’est d’avoir mal aux jambes lorsque j’étais accroupie. J’avais des difficultés à donner le bain à mes filles, réellement.

Je ne parle pas de beauté, je parle de santé. 

Vous avez le choix.

Si vous ne vous voulez pas vous assumez en ronde, ne le faites pas et battez vous pour être celle que vous voulez être. Mais une vous en bonne santé.

Faites de ce jour, le jour où vous avez décidé de ne pas assumer vos kg en trop, et de vous battre contre.

Après, nous les grosses, on est toutes pareilles, on a toutes essayé des tonnes de fois des départs de régime. Qui ont échoué. On est découragé, on pense que notre poids est une fatalité et que rien ne marche.

NON. Perdre du poids, c’est pas manger bien trois jours, et ensuite s’autoriser un écart. S’il y a des échecs, il y a toujours des causes !

 

Vous devez être la première personne à croire en vous. Vos kilos ce sont les votre, votre motivation c’est la votre, votre santé c’est la votre, et votre victoire ce sera la votre. Battez vous pour vous. Vous en valez la peine.

 

Madi

Suivez moi aussi sur Instagram : @madi_mom_healthy

%d blogueurs aiment cette page :