Journée à Hoedic !

En ce beau dimanche ensoleillé nous loupons notre réveil pour nous lever en avance pour le bateau. Bon, heureusement on ne se lève pas en retard non plus, mais pas de course matinale pour Nico.

Nous sommes à Quiberon, et à la gare maritime nous pouvons aller à Belle-île, Houat et Hoedic. Nous avons fait les deux autres îles les années précédentes, et respectivement avec nos parents quand nous étions petits ( j’ai des souvenirs de moi en train de gerber dans le bateau pour Belle-île assez mémorables ). Hoedic est la plus petite, et la plus reculée de ces îles.

Si vous aimez marcher, ne pas croiser de voiture, le grand air, le sable dans les chaussures, les magnifiques paysages, les petites maisons de pêcheurs toutes fleuries, et les changements de temps aussi rapides qu’un éternuement alors cette île va vous plaire.

Nous avons pris le bateau du 8h35, Candice était super excitée. Vu que c’est une trouillarde maladive c’était du coup très appréciable de ne pas la voir chouiner pour faire quelque chose de nouveau. 40 min de navigation pour aller à Houat, descente des premiers passagers et 20 min plus tard nous voilà à Hoedic. Un chien attend le seul bateau de la journée, et la petitesse de la jetée indique bien qu’ici les insulaires sont tranquilles niveau touristes. En voyant le personnel décharger des vivres pour les habitants de l’île je me dis à quel point ça doit être relou d’y loger en continu. Moi je suis du genre à retourner au supermarché plusieurs fois dans la semaine parce que je suis en rad de ceci ou cela. Là clairement, je serais foutue. Mai après je suppose qu’on s’organise mieux à cause de ces contraintes. Pour le soir, nous reprenons le seul bateau, donc pas trop intérêt à le louper.  L’île fait 800 m de large sur 2500 m de long, globalement c’est dur de se perdre.

Une fat carte nous accueille, et nous décidons d’aller voir le vieux phare. Bon du coup, après 457 fois « maman on peut faire des châteaux de sable ? » nous nous arrêtons à une plage tout à l’est de l’île. C’est simple nous étions seuls de chez seuls. C’était silencieux, agréable et du coup on se sentait clairement invités par l’endroit. Nous avions prévu un picnic sur la plage, préparé la veille. Histoire d’être sur de bien manger. J’avais des sandwichs au pain complet, avocat carré frais et jambon. Nous avions des tomates cerises ( mangées au goûter par Candice ), des compotes, un babybel pour l’indivu candice, du chocolat pour les mini nous, et des galettes de riz pour nous. On s’est régalé, nous avons bien mangé et pour le gras et pour le porte monnaie.

DSC_0008

Trêve de châteaux de sable, nous plions bagage et nous partons explorer le reste de l’île. Bon en vrai on cherchait une poubelle. Petit couac, on a bien marché 45 minutes couche à la main avant d’en trouver une. Il n’y a aucune poubelle près des plages. Nous nous arrêtons dans un des 4 cafés de l’île ( choix au plouf plouf ) pour un café et nous partons explorer le reste à l’ouest.

En sortant, un nuage de brouillard envahit l’île, comme si un bateau fantôme allait arriver. C’était impressionnant. On ne voyait plus le village qui pourtant était 150 mètres derrière nous. Nous croisons des faisans sauvages que Nico et Candice décident de courser pendant qu’Aurore est très occupée à me donner des coups de pieds dans le porte-patate. À peine 2 minutes plus tard, le soleil revient nous chauffer les joues de nouveau.

Nous suivons le chemin côtier, et nous découvrons une suite de petites criques à l’eau turquoise et aux rochers déchirés par les vagues. C’était absolument magnifique, chaque plage est plus belle que la précédente. À ce moment là de la balade, nous nous faisons escorter par un chien, qui fait sa petite vie mais qui nous attend pour nous montrer le reste de l’île. Il a un collier, mais est au moins à 1 km des habitations, donc ses maîtres sont plutôt tranquilles quand le chien sort manifestement. Ce qui était incroyable c’est qu’il s’asseyait face au paysage, et contemplait. Aucun hasard là dedans, il choisissait réellement ce que j’aurais défini moi-même comme la meilleure vue, et assit il regardait pendant de longues minutes avant de refaire des trucs de chien genre gratter par terre. Enfin, il s’est baigné, mais à sa plage, pas la première que nous avons croisé, mais une au beau milieu qu’il a choisi. Un petit guide à 4 pattes tout mignon, et d’ailleurs, ma trouillarde qui a une peur bleue des chiens l’a surnommé « petit voyou » mais n’avait pas peur de lui. Comme quoi, la bonne âme de l’île a veillé sur nous pendant une petite heure. C’était un bien doux moment que je chérirai.

Nous finissons notre route vers la gare maritime avec un petit quart d’heure d’avance sur le bateau. On a changé Aurore à l’arrache sur un catamaran à l’abandon sur le sable, on gardé nos poubelles des plombes dans la main mais notre journée est passée vite comme l’éclair.

Notre trajet nous a coûté 34,5e l’aller-retour par personne. Aurore et Candice ayant moins de 4 ans le billet était gratuit pour elles. Si vous comptez y aller, soit c’est option picnic ( avec un sac pour garder vos poubelles jusqu’au centre vill(age) ), soit c’est un petit restaurant, mais forcément comme tout vient du continent la note risque d’être vite salée. Tout dépend de votre porte-monnaie donc. Oubliez tout de suite la poussette, il y a du sable partout vous n’avancerez pas !

DSC_0024

 

Madi

Suivez-moi aussi sur instagram @madi_mom_healthy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s