Faire manger des fruits et légumes à toute la famille

le

C’est pas un hôtel restaurant ici. Combien de fois j’ai entendu mes parents dire ça…

Et je dois dire que j’applique le même principe chez moi. Je ne veux pas cuisiner un menu par personne, donc c’est soit on mange ce que je fais, soit ceux qui sont pas contents se font à manger eux mêmes.

J’entends très souvent des femmes me dire : mon mari et mes enfants ne veulent pas manger des légumes parce que ceci ou cela. Je ne suis pas chez vous donc je ne peux parler que de ce qui se passe chez moi.

Par exemple il n’y a pas de gâteau industriel car je n’en achète pas. Donc zero tentation. S’il y a des gâteaux, biscuits ou autres c’est que je les ai fait moi même quand je n’ai pas la flemme. Mais sinon, rien dans les placards ou dans les panières. Chez moi, on peut trouver des oléagineux, et des fruits. Bien sûr que tout le monde chez moi aiment les gâteaux en tout genre, et bien sûr que ce serait mangé rapidos s’il y en avait. Et puis, on sait tous que les fruits c’est mieux que les gâteaux industriels. Donc pour éviter ces sucres raffinés on se force à n’avoir que du fait maison ou que des fruits. Comme ça personne n’est tenté, et la famille forme son goût aux fruits.

Pour les légumes, depuis qu’elles sont bébés, je varie autant que possible la variété de légumes et la manière de les cuisiner. Car même pour un adulte, il faut près de 7 manières différentes pour le cerveau pour savoir s’il aime ou pas un aliment. Il faut chercher, expérimenter des recettes pour proposer des choses différentes, et ne pas proposer la même chose qui n’a pas été aimé la dernière fois. Dans mon cas : je déteste la carotte. Donc impossible d’en manger comme ça, juste vapeur. Cependant, dans une soupe mixée avec pleins d’autres choses : ça passe.

Impliquer la famille dans les menus, dans les courses, dans la cuisine en elle même : éplucher, couper, mettre dans l’eau, transvaser d’un bol à l’autre, découvrir les couleurs et les textures. Cette participation peut parfois aider.

Une chose essentielle que j’ai apprise avec une pédo psychiatre c’est que le repas doit être un moment de joie et de calme. Donc quand un enfant décide pour x ou y raison de ne pas manger: gueuler ou punir ne va pas aider. Ça va bloquer l’enfant, et lui donner peur pour les prochains repas à venir, puis tomber dans un cercle négatif sur l’attitude générale à table. Un enfant a un système digestif intelligent, là où son cerveau n’est pas 100% abouti ( jusqu’à 7 ans ). Un enfant a des réactions primaires émotionnellement : si vous gueulez sur lui pour des carottes il pense juste que vous ne l’aimez plus. Cependant, un enfant sait réguler sa faim et son appétit. Car il n’y a pas d’association avec ses problèmes dans la journée. Quand un enfant mange c’est qu’il a faim, dans le cas contraire ( généralement ) s’il n’a faim pas il ne mange pas. Un enfant, ne se laisse pas mourir de faim. Il peut bouder à quelques repas car contrarié par votre attitude à vous, mais jamais il ne va se laisser dépérir.

Ce qui peut aider, c’est quand toute la famille mange à table et la même chose. Si papa, maman, la fratrie mange la même assiette : l’enfant n’est pas isolé. Prenez compte aussi le temps passé à table, un repas ne doit pas durer 2h. Quand l’ensemble de la famille a fini de manger, mais pas TrucMuche parce qu’il a décidé que fuck, alors ok, vous conservez son assiette pour plus tard, et on sort de table sans hurlement. C’est lui qui aura faim dans une heure et pas vous. Il se sentira moins malin quand il devra attendre le prochain repas.

Il faut savoir aussi qu’il y a des périodes dans la vie d’un enfant qui font qu’il va naturellement se rebeller. Si ce n’est pas vers 4/9 mois, ça peut être vers 2/3 ans avec l’affirmation du Non, et plus tard avec l’école.

Donnez le bon exemple: comment voulez vous apprendre à un enfant à manger des fruits et des légumes si vous ne le faites pas vous même. Un enfant parce qu’il a passé une mauvaise journée avec ses legos ne va pas se ruer sur le nutella. C’est une réaction miroir à ce qu’il se peut se passer devant ses yeux.

Conclusion : on se détend. Si vous stressez à balle votre enfant le ressent et va réagir à sa manière. Laissez le se gérer. Il ne va pas se laisser mourir de faim. Il sait très bien se réguler. Faites les courses et les repas dans la mesure du possible ensemble. Dans l’idéal la famille doit manger à table, et la même chose. Passer un temps normal à table, donnez le bon exemple en gros.

Et puis je vous rassure, Candice et Aurore ont eu leurs périodes reloues. Après j’ai pas dit que c’était facile. Ça se saurait sinon.

Madi

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s